Revue de presse

bonhomme lunettes livre

 ARTICLES Sportmag.fr

Le Marseille-Cassis des Enfants

La Randonnée Contée au Parc Pastré

Le Téléthon de La Ciotat

bonhomme lunettes livre

ARTICLE PRESSE

Festival des Pratiques Partagées 2020

Article FDPP 2020

Festival départemental des Pratiques Partagées Scolaire

Article La Marseillaise

 

Article La Provence

 

Solisport 

Présentation de Sylvaine Jannez, déléguée départementale

20190207 120221

Sylvaine Jannez, 47 ans, déléguée des Bouches-Du-Rhône depuis la rentrée 2017, possédait pour sa part une longue histoire avec l'USEP, laquelle est même à l'origine de sa vocation professionnelle. Mais il s'agissait d'une autre USEP, municipale et périscolaire. "De 6 ans à 16 ans, j'ai fréquenté un centre sportif USEP, à Colombes, dans les Hauts-De-Seine, se souvient-elle avec une pointe de nostalgie. Je me suis ensuite tournée vers le handball, que j'ai pratiqué à haut niveau, en D1, au Stade Français-Issy-Les-Moulineaux, parallèlement à ma fac de sport puis à mon emploi d'éducatrice sportive municipale".

Il y a 15 ans, la banlieusarde suit son conjoint sur les rives de la Méditerranée et passe le concours d’Etaps, employé territorial des activités physiques et sportives. « Après 12 années dans une collectivité, j’ai voulu changer. » Hasard de la vie, elle revient à ses premières amours : l’Usep. Mais pas exactement celle qu’elle avait connue jeune fille.

« J’ai découvert une vie associative que je ne soupçonnais pas, avoue-t-elle. Je me voyais directrice d’association, avec des rencontres à organiser, des formations à encadrer et une équipe à manager. Mais je n’avais jamais entendu parler de la Ligue de l’enseignement, et aucune idée du fonctionnement d’un comité départemental, ni des échelons régionaux et nationaux. »

Les associations locales lui étaient plus familières. « Comme Etaps, j’ai toujours eu un échange direct avec les enseignants. Je connais leurs attentes : des cycles d’apprentissage tournés vers une rencontre, des ressources pédagogiques, des temps de formation. La difficulté, c’est que nous avons 255 associations ! Or si je peux m’appuyer sur des secteurs bien structurés, ce lien avec l’échelon départemental est important. Aller à leur rencontre a été l’un des principaux objectifs de ma première année. »